Questions fréquentes sur la Grande Traversée des Alpes

La Grande Traversée des Alpes est-elle réalisable en VTT ?

La GTA a été conçue pour le plaisir du marcheur. De ce fait, de nombreux tronçons ne sont pas adaptés au VTT et les cycles sont interdits sur certains tronçons (dans les parcs et réserves).

Cependant, il existe de nombreux itinéraires adaptés aux vététistes le long de la GTA et aux alentours. Notamment les Chemins du Soleil qui permettent de traverser les Préalpes du nord au sud à VTT.

 

Les chiens sont-ils autorisés ?

Dans la plupart des endroits, oui. Mais dans certains espaces protégés (en particulier la plupart des parcs nationaux), les chiens sont interdits du fait du danger potentiel pour la faune sauvage. Vérifiez la réglementation en place avant de partir !

Il est souvent demandé de tenir les chiens en laisse pour la traversée d'alpages hébergeant des vaches ou des moutons.

Les chiens ne sont généralement pas autorisés à dormir à l'intérieur des refuges.

 

Y a-t-il des animaux dangereux dans les Alpes ?

Méfiez-vous d'un des plus petits des animaux alpins : les tiques, dont certaines sont porteuses de la borréliose (maladie de Lyme). Inspectez votre corps après la randonnée et enlevez celles que vous trouverez à l'aide d'un tire-tique. Consultez un médecin en cas d'inflammation d'une piqûre. Une tache rouge se développant sur une ancienne piqûre est un des symptômes de la maladie de Lyme.

Les vaches peuvent être impressionnantes si elles se mettent à courir. Ou avoir des réactions agressives si elles se sentent coincées. Gardez aussi vos distances.

Les patous sont ces gros chiens blancs élevés au sein des troupeaux de brebis afin de les protéger des attaques de loups et chiens errants. Ils peuvent devenir agressifs, mais uniquement si vous approchez le troupeau. Faites un large détour, restez calme et ne menacez le chien d'aucune manière. Pour en savoir plus : une bande dessinée et un brochure sur la protection des troupeaux

N'essayez pas d'approcher les animaux sauvages (y compris bouquetins, chamois, marmottes...) à une distance plus proche que ce qui leur semble confortable (réflexe d’éloignement).

Quant aux loups, lynx et autres grands prédateurs emblématiques, ne craignez rien. Le grand naturaliste suisse, Robert Hainard, a passé sa vie à observer les animaux dans leur milieu et recueillir des témoignages à leur sujet. Il n'a trouvé personne pour lui relater une seule attaque de loup. Ces animaux craignent beaucoup trop l'homme pour s'en prendre à lui. Ils sont bien meilleurs chasseurs que nous : ils nous repèrent et nous fuient de très loin. En outre, ils préfèrent la viande des herbivores sauvages…

Seuls deux serpents venimeux sont présents dans les Alpes : les vipères aspic et péliade (Vipera aspis et Vipera berus). Elles sont reconnaissables à leur taille d'abord : 70 cm maximum, mais très souvent moins de 60 cm, alors que les couleuvres peuvent mesurer plus d'1,5 m. Leurs pupilles sont elliptiques et verticales (telles celles d'un chat). Et vous les rencontrerez dans un milieu rocailleux et plutôt sec. Elles aussi n'attaqueront que si elles sont surprises : prenez soin de taper des pieds avant de vous asseoir dans une zone ensoleillée ou rocheuse. Si vous êtes mordu, consultez un médecin dans les heures qui suivent : le danger n'est généralement pas mortel pour les adultes non cardiaques.

 

Avez-vous souscrit une bonne police d’assurance ?

Il est important d’être bien assuré pour les activités de montagne. Adhérer à un club ou une fédération de sport de montagne vous couvre automatiquement (FFCAM, FFRando, FFME). Un bon article synthétise le sujet dans le Montagnes Magazine, n° 367, de juin 2011. Et comme il s’agit d’un « guide de l’été » spécialement dédié à la GTA, il est vivement conseillé de se le procurer et de le lire avec attention !

Randonnée avec un âne

Randonner avec un âne comporte de nombreux avantages, au premier rang desquels la relation de confiance qui se tisse entre l’âne et son conducteur. Quel que soit la météo, un compagnon à longues oreilles ensoleillera votre séjour. En revanche, il faut accepter de prendre le temps de s’apprivoiser, se connaître, construire la relation pour pouvoir cheminer en pleine confiance.

Où randonner avec un âne ?

Les possibilités sont nombreuses, mais il faut comprendre avant tout que les loueurs d’ânes sont très attentifs aux personnes à qui ils louent. En effet, un âne qui rentre blessé ne pourra plus travailler le temps de sa convalescence. Un âne trop chargé ou mal bâté rechignera à repartir.

La randonnée avec âne se pratique partout mais il faut bien garder en tête qu’un âne ne peut poser ses sabots partout où vos posez vos chaussures : une dalle rocheuse, un passage étroit, un endroit où on s’aide des mains sont vite infranchissables pour nos amis à longues oreilles. De même, les haltes se feront dans un endroit adapté à leurs besoins : de l’herbe, de l’eau, du calme

Avantages :

  • Un sac-à-dos à pattes qui allègera le votre
  • Un compagnon de route, notamment pour les enfants (mais pas que)
  • Le lien avec les populations, une entrée en matière et un « capital sympathie »
  • L’économie puisqu’il permet de bivouaquer, de porter sa nourriture
  • La drôlerie de son caractère

Inconvénients :

  • Le choix de l’itinéraire : il ne doit pas comporter de passage délicat
  • Le choix des haltes adaptés (nourriture, tranquillité)
  • Le voyage retour si vous randonnez de manière longitudinale (et non en boucle)

Les loueurs sérieux passeront entre 1 et 2h avec vous pour discuter de votre itinéraire et vous expliquer comment s’occuper des ânes. Pour aller plus loin certains loueurs proposent une formule « mise en route » avec une journée d’encadrement par un accompagnateur en montagne qui vous aidera lors de votre première journée (tarif de l’ordre de 170 à 200 €/j).

Les questions à poser au loueur :

  • Matériel inclus dans la prestation (bât et sacs de portage, longe, répulsif pour les insectes, seau…)
  • Trajets/ étapes/ type de difficultés à éviter avec cet âne
  • Possibilités d’hébergement, de ravitaillement, réservations éventuelles
  • Assurance
  • Conditions de rapatriement au point de départ
  • Chiens acceptés ?

Quelles offres du nord au sud :

- Ânes du Haut Giffre et Ânes en Vanoise : un ânier propose de vous emmener les ânes au départ ou/et de venir les chercher en fin de randonnée. Il a deux sites d’implantation : un à Sixt-fer-à-Cheval et un à Pralognan-la-Vanoise. Aller de l’un à l’autre de ces sites représente entre 9 et 13j de randonnée. Mais il est possible de demander à emmener le(s) âne(s) au départ à Thonon ou St Gingolf ou/et de venir chercher le(s) âne(s) après Pralognan. Il vous en coutera de l’ordre d’1€/km.

Contact : www.anesduhautgiffre.com et / ou www.anesenvanoise.com

- Ânes et mômes vous propose un aller-retour aux lacs Jovet depuis les Contamines-Montjoie (nuit au refuge de la Balme) ainsi que de nombreux autres petits tours avec nuit en refuge.

Contact : www.anesetmomes.com

- Queyr’âne vous invite à la (re)découverte du Queyras avec un ami à longues oreilles. Nombreuses propositions de 1à 7 j autour de St Véran.

Contact : www.estoilies.com

- Ânes de Blore : La découverte du Mercantour sur 1 à 7 j avec âne(s) sur des circuits autours de St Dalmas Valdeblore.

Contact : www.anesdeblore.fr